Les différentes toitures et couvertures

by lalancuras
Entreprise de couverture à Bordeaux

Les toiture ont pour fonction de préserver l’environnement interne du bâtiment des agents atmosphériques et de l’invasion des animaux.

L’objectif principal de la toiture est de protéger les bâtiments situés en dessous de la pluie, de résister aux contraintes exercées par la neige et le vent et de réduire les pertes de chaleur du bâtiment. La couverture, qui est la couche la plus externe, garantit l’imperméabilité à l’eau tandis que la structure de support a pour tâche de soutenir la couverture.

Comment est fait un toit ?

Un toit est toujours composé de deux parties principales :

La structure de support – Elle a pour fonction de supporter le poids de la couverture étanche supérieure, de la pluie, de la neige et du vent.
Le revêtement imperméable – C’est-à-dire la couche étanche.

Les types de structures porteuses d’un toit

Les structures porteuses peuvent donc être réalisées en trois types qui se distinguent essentiellement par le type de matériau de base :

  1. Structures porteuses en ciment
  2. Structures de soutien en bois
  3. Structures porteuses en fer

Les types de couvertures

Les revêtements étanches peuvent être divisés en deux grands groupes :

Couvertures continues

Dans ce cas, l’étanchéité est garantie par l’absence de solutions de continuité entre les éléments composant le revêtement étanche. Ce type de revêtement comprend ceux réalisés avec des revêtements bitumineux ou synthétiques dont les feuilles sont soudées entre elles et les revêtements métalliques avec des joints de drainage.

Couvertures discontinues

Dans ce cas, il existe cependant une solution de continuité entre les éléments composant le revêtement étanche, c’est pourquoi ce type de revêtement nécessite des pentes supérieures à 5°. Ce type de toit comprend les toits en tuiles, les tôles ondulées et les panneaux isolants.

Classement des toits par forme

Une autre variable pour la classification du type de toit est sa forme :

  • Toits plats horizontaux – lorsque la pente est inférieure à 3°.
  • Toits plats inclinés (toits en pente) – lorsque la pente est supérieure à 4°.
  • Toits arrondies

Les toits plats

Les toits plats ont une pente minimale, suffisante pour assurer l’écoulement des eaux. Selon les normes UNI, les toits plats sont définis comme ceux dont la pente est inférieure à 5 %. Le système d’étanchéité des toits plats est constitué d’une série de couches, dont le choix doit être fait en tenant compte de certains facteurs :

  • l’accessibilité du toit ;
  • les conditions climatiques auxquelles le toit est soumis ;
  • la nécessité d’une isolation thermique à l’intérieur.

Les toits plats peuvent être divisés en deux groupes :

Toits plats non accessibles. Ils ne sont pas accessibles aux personnes, sauf pour des raisons de maintenance ;
des toits plats praticables.

Elles sont accessibles aux personnes et disposent d’un plancher et d’une protection contre le risque d’effondrement ;

Une distinction est faite entre :

  • les jardins sur les toits, lorsqu’ils sont équipés d’une couche de terre dans laquelle on peut faire pousser de l’herbe, des arbustes et des fleurs ;
  • les terrasses, lorsqu’elles sont habitables ;
  • les toits parking, lorsqu’ils peuvent être utilisés par des véhicules.

Les différentes partie d’un toit plat

Les couches suivantes sont présentes dans les toits plats :

  • couche d’étanchéité, qui peut être créée en appliquant des membranes bitumineuses, des membranes synthétiques ou des feuilles avec des joints drainants ;
  • couche de pente, dont la fonction est d’évacuer l’eau et dont l’inclinaison peut varier de 0,5 à 5 %. Il est généralement constitué de ciment allégé ou de panneaux isolants spécialement préformés pour former des pentes ;
  • couche de séparation, utile pour éviter les dommages causés par les différents mouvements entre le substrat et la couche d’imperméabilisation ou pour éviter l’incompatibilité entre deux matériaux ;
  • couche d’isolation thermique, dont la fonction est expliquée dans la section suivante ;
  • un pare-vapeur, dont la fonction est d’empêcher la condensation de la vapeur à l’intérieur des couches situées sous le revêtement imperméable ;
  • la couche porteuse, c’est-à-dire l’élément structurel qui supporte les éléments ci-dessus ainsi que le poids de l’eau, de la neige, du vent et des charges accidentelles.

L’isolation thermique des toits plats

En ce qui concerne l’isolation thermique des toits plats, une attention particulière doit être accordée à la stratigraphie des matériaux utilisés afin d’éviter la formation de condensation interstitielle. En effet, pendant la saison hivernale, la vapeur qui monte à travers la dalle porteuse pourrait se condenser à l’intérieur de la couche isolante, et comme le revêtement imperméable supérieur empêcherait son évaporation vers l’extérieur, son accumulation dans les couches entraînerait une réduction du pouvoir isolant de l’isolation ainsi que la condensation qui tomberait à l’intérieur du bâtiment avec la formation de taches, de moisissures et, dans le pire des cas, d’eau tombant des plafonds. En outre, en été, l’eau accumulée dans les couches, se transformant en vapeur en raison des températures extérieures élevées, provoquerait la formation de bulles sur la membrane imperméable.

Les toits avec pentes

La forme d’un toit est déterminée par une ou plusieurs faces planes inclinées, appelées pentes ou pans. Un toit comprend les éléments suivants :

  • la ligne de faîtage, qui est une ligne horizontale située à l’altitude la plus élevée du toit ;
  • la ligne d’avant-toit, c’est-à-dire une ligne horizontale placée à la hauteur minimale du toit ;

Les toits en pente peuvent avoir des pentes très variables. Elles vont d’une pente minimale de 10 % sur les structures industrielles à des pentes de 200 % typiques des bâtiments de montagne ou de ceux des pays nordiques.

Les matériaux utilisés pour la réalisation de la couverture du toit doivent être choisis en fonction de la pente des pans, car chaque matériau a une pente minimale requise. Les toits en tôle ondulés nécessitent une pente plus faible que les toits en tuiles.

Nom des toits à pans :

  • Le toit monopente à versant unique
  • Les toitures à deux pans
  • Les toitures à 4 pans
  • Les toitures à 2 pans en croupe
  • Les toitures à coyeaux ou à comble retroussé
  • Les toits à deux pans avec lignes de bris
  • Les toitures en t ou en l

Couverture de toiture à pan

Couverture en tuiles

Toutes les différentes tuiles existantes :

  • La tuile plate
  • La tuile canal et double canal
  • La tuile à emboîtement
  • La tuile romane
  • La tuile losangée
  • La tuile gironnée
  • La tuile panne
  • Les tuiles Z
  • Les tuilauzes

Les tuiles les plus communes en Gironde sont :

Les tuiles canals

La tuile inférieure est appelée tuile de courant et la tuile supérieure est appelée tuile de couvert ; la pente minimale requise est de 40%.

Couverture en tuiles plates ou de Marseille

Ces toits sont constitués d’éléments en terre cuite de forme rectangulaire et presque plate, à l’exception de la présence de deux canaux pour l’écoulement de l’eau et de motifs ornementaux. Elles sont largement utilisées pour leur simplicité de montage et leur stabilité ; la pente minimale requise pour ce type de dalle est de 35% ;

La tuile romane ou portugaise

En combinant la tuile canal et la tuile plate (ou Marseille), on a obtenu des tuiles à fonction intermédiaire qui ont pris le nom de tuiles romanes ou portugaises ; la pente minimale requise pour ce type de tuile est de 30% ;

L’isolation thermique des toits en pente

En ce qui concerne l’isolation thermique des toits en pente, il convient de faire une distinction entre

  • Isolation thermique des greniers habitables
  • Isolation thermique des toits non habitables

Dans le cas de l’isolation thermique des toits habitables, la couche isolante doit être insérée entre la couverture étanche et la structure porteuse ou immédiatement en dessous (Toit chaud). Dans les deux cas, il convient de veiller tout particulièrement à éviter la formation de condensation.

Dans le cas de l’isolation thermique des toits non habitables, la couche isolante doit être insérée au-dessus du dernier étage du toit non habitable (Toit froid).

Toits arrondis

Les toits courbes sont définis comme des toits voûtés dont la pente n’est pas droite. Les toits courbes sont normalement traités comme des toits en pente bien que, contrairement à ces derniers, ils n’aient pas de ligne de faîte. Des toits continus ou discontinus peuvent y être installés.

Classification des toits selon leurs utilisations

Les toits peuvent également être classés en fonction de leur utilisation prévue, qui ne tient compte normalement que de la taille du toit :

  • Toits pour le logement
  • Toitures pour bâtiments industriels
  • Toitures de bâtiments commerciaux
  • Toits pour les installations sportives

CLASSIFICATION DES TOITS PAR DEGRÉ D’ACCESSIBILITÉ

Certains toits sont accessibles uniquement pour la maintenance, d’autres aussi pour l’entretien des installations. Il existe également des toits qui sont accessibles aux piétons (charge de 400 kg/m2), aux véhicules légers (<2 tonnes par essieu) et aux véhicules lourds (>2 tonnes par essieu). Enfin, il y a les jardins sur les toits : des toits qui résistent à la fois aux contraintes mécaniques et chimiques. Voyons comment ils sont classés :

  • classe A : accessible uniquement pour son entretien.
  • classe B : accessible pour sa maintenance et pour celle des installations
  • classe C : accessible aux piétons (charge 400 kg/m2).
  • classe D : accessible aux véhicules légers (< 2 t par essieu). classe E : accessible aux véhicules lourds (> 2 t par essieu).
  • classe F : remplit les fonctions relatives au jardin sur le toit (contraintes mécaniques et chimiques).

CLASSIFICATION DES TOITURES PAR TYPE D’ISOLATION

Un autre type de classification des toits dépend du type d’isolation :

Toit froid : toit sur un sous-toit non habitable. Dans ce cas, l’élément à isoler sera l’étage supérieur et le toit peut ne pas avoir d’isolation ou très peu.

Un toit chaud : cas typique d’une habitation à toit mansardé. Dans ce cas, le toit est l’élément de séparation entre la zone habitable et l’extérieur, et doit donc être bien isolé.

Toit ventilé: Variante de la toiture chaude dont elle diffère par l’ajout d’une cavité de ventilation utile pour améliorer les performances thermiques en été.

Related Posts

Laissez un commentaire